MARTIAL (Marcus Valerius Martialis, 38 - 104 ap. J. - C.)
Epigrammes.

Traductions:


I, 10
Gemellus demande Maronilla en mariage,
il se fait tendre, il insiste, il supplie, il fait des cadeaux.
Elle est belle à ce point-là ? Au contraire : rien de plus repoussant.
Qu'est-ce qu'il recherche donc, qu'est-ce qui plaît en elle ? Elle tousse !

I, 19
Si je me souviens bien, Aelia, tu avais quatre dents :
Une première quinte de toux en a chassé deux, une seconde les deux autres.
Maintenant, tu peux tousser sans danger toute la journée :
une troisième quinte n'a plus rien à faire ici.

I, 32
Je ne t'aime pas, Sabidius, et je ne peux pas dire pourquoi.
Je peux seulement dire ceci : je ne t'aime pas.

I, 33
Quand elle est toute seule, Gellia ne pleure pas la mort de son père,
mais s'il y a quelqu'un, les larmes jaillissent sur commande.
Il n'est pas en deuil, celui qui cherche la louange,
mais celui qui souffre sans avoir de témoins, celui-là souffre vraiment.

I, 38
C'est le mien, ce petit livre que tu récites, Fidentinus,
mais quand tu le récites mal, il commence à être ton oeuvre.

I, 47
Diaulus, récemment, était médecin : maintenant il est croque-mort.
Ce qu'il fait croque-mort, il le faisait déjà médecin.

I, 64
Tu es belle, je le sais bien, jeune, c'est vrai,
et riche, qui peut le nier ?
Mais quand tu en parles trop, Fabulla,
tu n'es plus ni riche, ni belle, ni jeune.

I, 76
Celui qui préfère donner à Linus la moitié plutôt que lui prêter la totalité,
celui-là préfère ne perdre que la moitié.

I, 91
Alors que tu ne publies pas tes poèmes, Laelius, tu critiques les miens.
De deux choses l'une : ne critique pas les miens, ou publie les tiens !

I, 102
Celui qui a peint ta Vénus, Lycoris,
a voulu à mon avis flatter Minerve.

II, 13
Le juge réclame, l'avocat réclame ;
Je suis d'avis, Sextus, que tu payes ton créancier.

II, 15
Quand tu n'offres à boire à personne,
tu agis humainement, Hermès, pas avec panache.

II, 21
Aux uns, tu fais des baisers, aux autres tu serres la main.
Tu me demandes : "Qu'est-ce que tu préfères ? Choisis."
Je préfère la main.

II, 38
Tu me demandes, Linus, ce que me rapporte ma propriété de Nomentum ?
Elle me rapporte ceci : je ne t'y vois pas, Linus.

II, 58
Superbement vêtu de neuf, tu te moques, Zoile, de mes habits rapés.
Ils sont rapés, ces habits, Zoile, mais au moins ils sont à moi.

II, 87
Tu dis que les belles filles brûlent d'amour pour toi,
Sextus, toi qui as le visage de quelqu'un qui nage sous l'eau !

III, 8
"Quintus aime Thaïs". "Quelle Thaïs ?" "Thaïs la borgne".
A Thaïs il manque un oeil, à lui, deux !

III, 9
On dit que Cinna écrit contre moi des petits poèmes.
Il n'écrit pas, celui dont personne ne lit les vers.

III, 28
Tu t'étonnes que Marius sente fort de l'oreille ;
C'est toi, le responsable : tu lui parles sans cesse à l'oreille.

IV, 24
Lycoris a enterré toutes les amies qu'elle avait, Fabianus :
pourvu qu'elle devienne l'amie de ma femme !

IV, 41
Pourquoi, sur le point de réciter, t'entoures-tu le cou de bandelettes ?
elles conviendraient mieux à nos oreilles.

IV, 87
Ta Bassa, Fabullus, porte toujours avec elle un bébé,
elle l'appelle mon joujou, mon petit amour,
et, ce qui est plus étonnant, elle n'aime pas les enfants.
Comment expliquer cela ? Elle pète sans arrêt.

V, 29
Quand parfois tu m'envoies un lièvre, Gellia, Tu dis :
"Tu seras beau toute la semaine, Marcus".
Si tu ne te moques pas, si tu dis la vérité, ô mon soleil,
tu n'en as jamais mangé, toi, du lièvre.

V, 43
Thaïs a des dents noires, Laecania les a blanches.
Quelle en est la raison ? Celle-ci les a achetées, celle-là a les siennes.

VI, 12
Fabulla jure que ces cheveux qu'elle a achetés, sont les siens.
Est-ce qu'elle fait un faux serment, Paulus ?

VII, 3
Pourquoi je ne t'envoie pas mes recueils, Pontilianus ?
Pour que tu ne m'envoies pas, Pontilianus, les tiens.

VII, 94
C'était du parfum, ce que contenait il y a un instant ce flacon :
depuis que Papylus a mis le nez dessus, voilà, c'est du garum !

VIII, 9
Récemment, Hylas le myope voulait te rembourser, Quintus, les trois quarts de sa dette :
Maintenant qu'il est borgne, il ne veut plus donner que la moitié.
Accepte sans tarder : rares sont les occasions de gagner de l'argent.
Quand il sera aveugle, il ne te remboursera rien.

VIII, 79
Tu as des amies qui sont toutes vieilles,
laides, ou plus repoussantes que des vieilles ;
tu les mènes comme compagnes et tu les traînes avec toi
aux banquets, au portique, au théâtre.
C'est ainsi que tu belle, Fabulla, c'est ainsi que tu es jeune.

IX, 15
Aper a transpercé le coeur de sa riche épouse avec une flèche,
mais pendant un jeu ; Aper sait jouer !

X, 84
Tu te demandes pourquoi Afer ne va pas se coucher ?
Tu vois, Caetidianus, avec qui il couche ?

XI,101
Tu as pu, Flaccus, voir Thaïs qui est si négligeable ?
Je pense que toi, Flaccus, tu peux voir ce qui n'existe pas.

XII, 7
Si Ligeia a autant d'années que de cheveux sur le crâne, elle a trois ans.

XII, 20
Tu te demandes, Fabullus, pourquoi Thémison n'a pas d'épouse ? Il a une soeur.

XII, 22
Tu veux que je te dise en deux mots à quel point Philaenis la borgne est laide ?
Aveugle, elle serait plus belle si elle était aveugle.

XII, 23
Tu as de fausses dents et une perruque, et tu n'en as pas honte.
Comment vas-tu faire avec ton oeil,
Laelia ? ça ne s'achète pas !

XII, 73
Tu dis, Catullus, que je serai ton héritier.
Je n'y croirai pas, Catullus, tant que je ne l'aurai pas vu écrit.

retour