APPEL POUR LE RÉTABLISSEMENT DES HORAIRES DE FRANÇAIS

En 1976,
un élève qui sortait du collège avait reçu 2800 heures d'enseignement du français depuis son entrée au cours préparatoire.
En 2004,
il en a reçu 800 de moins. Il a donc perdu l'équivalent de deux années et demie. C'est comme si, au milieu de son année de cinquième, on le faisait passer en seconde.
Puisque la lutte contre l'illettrisme est une priorité, et que l'efficacité d'un apprentissage dépend aussi du temps qui lui est consacré,

NOUS DEMANDONS QUE SOIENT ADOPTÉS LES HORAIRES SUIVANTS :

1/ à l'école primaire
   - en CP, 15 heures par semaine au lieu de 9 heures 30 ;
   - en CE 1, 11 heures 30 au lieu de 9 heures 30 ;
   - en CE 2, 11 heures 30 au lieu de 6 heures 30 ;
   - en CM 1 et CM 2, 9 heures au lieu de 6 heures 30 ;

2/ au collège
   - en 6e, 6 heures par semaine, dont trois dédoublées, au lieu de 5 heures ;
   - en 5e, 6 heures, dont deux dédoublées, au lieu de 4 heures ;
   - en 4e, 5 heures, dont une dédoublée, au lieu de 4 heures ;
   - en 3e, 5 heures au lieu de 4 heures 30 ;

C'est ce dont avait bénéficié le collégien de 1976. On ne peut parler honnêtement de lutte contre l'illettrisme ou de démocratisation du secondaire en refusant aux élèves d'aujourd'hui ce qu'on accordait hier à leurs aînés.

Ces mesures auraient un impact direct sur la qualité d'apprentissage de toutes les matières, puisque aucun enfant n'apprend volontiers s'il ne sait lire et écrire aisément.


A.P.F.L.A.-prépa (Association des Professeurs de Français et de Langues Anciennes de Classes Préparatoires),
A.P.L. (Association des Professeurs de Lettres),
A.P.P.L.S. (Association des Professeurs de Lettres et de Première Supérieure),
C.N.A.R.E.L.A. (Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes),
Défense de la Langue Française,
Sauver les Lettres,
S.E.L. (Sauvegarde des enseignements littéraires).