Compte-rendu de l' A.G. du 30 mai 2001
Au CRDP
Mont Saint Aignan

Consultation sur les programmes de Langues Anciennes au lycée
Un certain nombre d'idées avancées par le GELAHN (cf. Contribution du GELAHN dans le bulletin de mars 2001) ont été reprises dans la synthèse nationale. L'épreuve de latin au bac est encore bien imprécise. Tous les enseignants demandent le maintien de la liste de textes pour l'épreuve orale. La publication d'annales « zéro » est vivement souhaitée. 

Compte rendu de l' A.G. de la CNARELA du 12 mai 2001
Lors d'une assemblée extraordinaire, de nouveaux statuts pour l'Association ont été adoptés à l'unanimité. L’opération « le bus des langues anciennes » qui voulait proposer une exposition itinérante de promotion des langues anciennes est pour l’instant annulée; elle ne sera reprise que si l'accueil du bus est pris en charge par suffisamment d’académies.
La CNARELA remplace le colloque qui avait lieu habituellement en octobre par une réunion à propos des nouveaux programmes dans les lycées. On déplore qu'un financement ne soit pas prévu pour organiser, sur ce sujet, des rencontres académiques ou inter-académiques de professeurs. Sera également évoquée la crise de la filière littéraire et son incidence sur les langues anciennes.
Lettre ouverte à Jack Lang (suite) : une nouvelle audience au Ministère est demandée pour le 11 juin. La précédente ayant eu lieu le 12 janvier dernier (cf. bulletin de mai 2001).

La Réforme des collèges et les Langues anciennes
A la rentrée 2002, les itinéraires de découverte seront intégrés dans l'emploi du temps des élèves du cycle central sur la base de deux heures hebdomadaires. Ils devront s'inspirer des domaines interdisciplinaires suivants: la nature et le corps humain, les arts et les humanités, les langues et les civilisations, la création et les techniques. (cf. B.O.du 14 juin 2001).
Les professeurs de langues anciennes sont inquiets: à aucun moment, il n'est fait référence aux options. Quelle place aura l'étude des langues et cultures de l'antiquité? De quelle manière seront dégagées les deux heures hebdomadaires dans l'emploi du temps des élèves? Qu'il s'agisse des itinéraires de découverte en collège ou des T.P.E. en lycée, le principe de la réforme n'est-il pas une attaque contre les champs disciplinaires? Comment peut-on garantir l'enseignement des langues anciennes? A ce sujet, Isabelle Lejault, Présidente de la CNARELA, n'a pu obtenir aucune réponse de la part du Ministère.
 La motion suivante est adoptée à l’unanimité :

 « Le GELAHN (Groupe d’Enseignants de Langues Anciennes de Haute-Normandie) réuni en assemblée générale ce jour, mercredi 30 mai 2001, tient à faire part de son extrême inquiétude devant les silences de M. le Ministre de l’Education Nationale à propos du statut des enseignements optionnels et particulièrement des langues anciennes, lors de sa présentation des orientations pour une réforme du collège le jeudi 5 avril 2001.
Il réaffirme sa volonté de voir garantie l’existence d’un véritable enseignement continu du latin, de la cinquième à la troisième, avec un horaire maintenu dans l’état, option qui ne saurait se dissoudre dans des « itinéraires de découverte » aux contours mal définis et ne permettant pas un apprentissage systématique de la langue.
Il demande aussi le maintien et le développement de l’enseignement du grec ancien à partir de la classe de troisième.
Il proclame ainsi son attachement à une culture européenne et méditerranéenne commune incluant les langues et civilisations latines et grecques. Très attaché à la dimension civique de cet enseignement, il refuse qu’il soit réservé à quelques établissements de prestige – voire aux universités. »

Site internet du GELAHN
L' élaboration du site se poursuit. Vos contributions sont les bienvenues. Transmettre les textes en grec en format A4 pour une mise sur le site au format PDF.

Couleurs/ Perception visuelles dans l' Antiquité:
Echos, par Estelle Oudot, de la journée d'étude du 4 mai au département de Lettres classiques de l'Université de Rouen.
 

retour