MOTION
AG du 8/11/2000

Le GELAHN (Groupe d’Enseignants de Langues Anciennes de Haute-Normandie) réuni en assemblée générale ce jour, mercredi 8 novembre 2000, tient à faire part de son extrême inquiétude devant les rumeurs persistantes d’anticipation des épreuves de langues anciennes au baccalauréat à la fin de la 1ère pour les séries S et ES. Outre l’indéniable perte que cela représenterait pour les élèves concernés, cette mesure déstabiliserait gravement l’enseignement des langues anciennes en lycée et pourrait marquer à terme la fin des sections en terminale : le nombre d’élèves latinistes et hellénistes de la série L restant trop souvent insuffisant pour permettre l’ouverture d’une division. Elle introduirait une inégalité supplémentaire entre les établissements importants et les petits lycées, notamment ceux des zones rurales, qui ne pourraient prendre les moyens nécessaires sur leur dotation horaire globalisée pour une poignée d’élèves. Le GELAHN demande donc instamment l’abandon d’une telle mesure.

Motion adoptée à l’unanimité.

retour